Vous venez de subir une intervention chirurgicale et vous suspectez une négligence médicale

 

SOS droits des patients vous accompagne dans toute la procédure de qualification de la négligence médicale :

  • Comment avoir la certitude qu’il y a bien eu une négligence médicale ?
  • Quelles sont les démarches à entreprendre pour obtenir son dossier médical ?
  • Comment faire reconnaître qu’il y a bien eu négligence médicale ?
  • Comment se faire indemniser ?

C’était le cas de Madame G, résidente dans le canton de Genève. Victime d’une erreur médicale lors d’une intervention chirurgicale suite à un cancer du poumon, elle est terriblement affaiblie, ne peut plus effectuer les tâches quotidiennes et perd son emploi.

Le cas concret d’une intervention chirurgicale qui ne se passe pas comme voulu

 

L’opération inquiétait beaucoup Madame G. Le chirurgien l’a rassurée avant l’intervention chirurgicale en lui expliquant qu’elle serait rapide, environ 2 heures. En effet, il s’agit d’une intervention minimalement invasive pour le thorax et seules 3 petites incisions d’environ 2 cm de long sont nécessaires. Il l’informe également qu’elle pourra rentrer chez elle après 48h d’observation à l’hôpital.

Au réveil, Mme G. réalise qu’il s’est passé 4 jours depuis l’opération. Elle constate qu’elle a effectivement 3 petits pansements sur le thorax, mais également une énorme plaie de 30 cm dans le dos. Elle éprouve également des douleurs intenses et souffre de troubles respiratoires.

Malgré ses questions, le personnel soignant lui donne très peu d’explications : «il y a eu un petit souci durant l’opération, mais tout a été réglé, ne vous inquiétez pas».  Quant aux médecins, ils l’informent qu’elle va devoir partir 3 mois en convalescence avant de rentrer chez elle.

Que s’est-il passé ?

Faire analyser son dossier médical lorsqu’on suspecte une négligence médicale

 

Après une année de douleurs, de difficultés respiratoires et une importante perte de poids, elle nous consulte. Elle souhaite que nous l’aidions à faire la lumière sur ce qui s’est passé.

La première étape a été de rassembler le dossier médical. Nous avons fait une demande auprès de l’hôpital et des différents médecins qui ont soigné Madame G. Nous avons ensuite fait une analyse minutieuse du dossier médical qui a permis de mettre en évidence l’apparition de complications intra-opératoires aggravantes dues à des négligences médicales :

  • L’anesthésiste a positionné la canule d’aspiration trop loin dans la bronche du poumon
  • Le chirurgien n’ayant pas vu le mauvais positionnement de la sonde d’aspiration, il l’a agrafée avec le poumon en fin d’intervention
  • Le retrait étant alors impossible par les trois petites incisions au thorax, une incision de 30 cm avec ouverture des côtes a été nécessaire au niveau du dos
  • Enfin, un tiers du poumon de Madame G. a dû lui être retiré afin de pouvoir libérer la sonde

Faire reconnaître la négligence médicale par l’institution hospitalière

 

L’analyse factuelle du dossier médical a permis de mettre en évidence les preuves de la négligence médicale :

  • acte illicite
  • dommages
  • lien de causalité

Le chirurgien et l’anesthésiste ont reconnu la négligence, mais Madame G. étant très affaiblie, elle a fait le choix de ne pas aller en justice. Une discussion à l’amiable a donc été entamée avec l’assurance responsabilité civile de l’établissement hospitalier. Mme G. a finalement obtenu une reconnaissance de responsabilité avec dédommagements financiers pour tort moral et tort d’agrément.

Si, comme Madame G, vous pensez avoir été victime d’une erreur médicale ou de négligences, SOS droits des patients vous accompagne dans tout le processus. Depuis la demande du dossier médical jusqu’à la transmission du rapport d’analyse à un avocat si cela s’avère nécessaire.

Grâce à SOS droits des patients, vous entamez le bon processus dès le départ. Gagnez du temps et économisez de l’argent en vous adressant directement aux personnes compétentes, contactez-nous.